Choisissez votre langue :

Stéphane Sirkis, 39 ans, guitariste et l’un des compositeurs du groupe est décédé à Paris le 27 février 1999 d’une hépatite fulgurante.

Indochine était en train d’enregistrer à Bruxelles son huitième album, qui lui a été dédié depuis.
Nicola, le frère de Stéphane, chanteur et auteur d’Indochine a décidé de terminer cet enregistrement par respect pour Stéphane qui en avait émis le souhait.

Stéphane a été inhumé dans l’intimité le jeudi 4 mars 1999.

« Le rock’n roll venant du blues, musiques des esclaves noirs, il a toujours fait hurler les conservateurs de tous poils. Le Ku Klux Klan appelant les jeunes à détruire les Beatles parce que John Lennon avait ironisé sur la religion.

Le rock au sens large a toujours été une musique de métissage, que ce soit dans le blues, le rap, le reggae, le raï, le funk. On voit tout de suite l’incompatibilité avec les lepénistes franchouillards qui prônent l’exclusion.

Reflet de la révolte/rébellion de la jeunesse, même si aujourd’hui le capitalisme en fait un produit de consommation, le rock reste fondamentalement antinazi, antiraciste. La majorité des stars et des groupes de rock adhèrent à ces valeurs. Je ne connais pas un groupe de rock français soutenant les lepénistes. Au contraire, ils sont à la pointe du combat anti-FN.

Et comme le dit la chanson, la jeunesse emmerde le Front National. Moi aussi. »

Stéphane Sirkis, hiver 1992, Ras l’front n°6

Lettre à Stéfane

Cette nuit de fin juillet à Paris, il fait presque trop chaud et je n’arrive toujours pas à regarder quelques photos de toi, ni à lire toutes les lettres et témoignages que j’ai reçus après ton départ, et pourtant ce soir, je viens de parcourir un recueil que des fans canadiens m’ont envoyé, des milliers de réactions récoltées sur Internet de fans du Pérou, de Belgique, de Suède, de France… Il y a aussi des photos qu’ils ont prises de toi pendant des concerts, dans des aéroports, dans des radios; je suis ému mais je ne sais pas si c’est le bon adjectif, je n’avais rien lu ni regardé depuis ce 27 février.

La pochette de l’album est maintenant terminée, elle est belle, tu es sur la dernière page du livret, tu finis l’album comme tu l’avais commencé : beau…

En couverture, comme le veut la « tradition », il n’y a personne du groupe juste une photo plein cadre d’un visage de fille qui boit au robinet, l’eau transparente coule sur son visage, sur sa bouche et alors tout est possible comme interprétation – là aussi c’est la tradition- je suis sûr qu’elles te plairont : la pochette comme la fille.

Cet été je reste à Paris, je donne les interviews qu’il faut pour préparer et promouvoir la sortie de notre album, il s’appelle maintenant « dancetaria » et on a décalé sa sortie pour la fin août, je ne voulais pas qu’il sorte comme c’était prévu initialement au printemps, avec ton départ chez les anges c’était trop tôt beaucoup trop tôt.

On parle beaucoup de toi, de l’album, de tes guitares (qu’on a pu conserver intactes sur le « dr7″ de Jean-Pierre), de tes morceaux et, je ne sais pas si tu te rappelles, l’été dernier tu venais juste de terminer « atomik sky » et je t’avais dit que tu avais écrit là ton meilleur morceau, tu m’avais répondu comme à ton habitude : « ouaih on verra » et le lendemain au studio tu nous avais encore surpris en nous envoyant d’un coup les accords de « manifesto » et ceux de « she night », en moins d’une semaine de studio tu avais là écris des morceaux à la fois bouleversants, si puissants et si beaux, et beaucoup de ceux qui ont déjà écouté l’album sont d’accord avec moi.

C’est le meilleur album d’indo il est féerique.

La tournée s’est terminée comme prévue à l’Olympia ce 24 juin; honnêtement je n’avais jamais ressenti une telle force, une telle émotion mais je ne sais pas si ce sont les bons adjectifs, tu as du le voir de là-haut comme c’était beau et fort à la fois, comme c’était chaud et triste et comment était notre « putain » de public… Beaucoup de gens n’ont pu venir faute de places à Paris comme partout sur cette tournée, tous ces soirs je leur disais que là où tu étais tu pouvais être fier d’eux et de toi, et puis la première fois qu’on a joué « she night », j’avais alors beaucoup de mal à retenir ma tristesse mais je ne sais si c’est le mot adéquat, on terminait le concert par « stef2″ au vu de la réaction c’est le nouveau single sans aucun doute; c’était incroyable longtemps encore alors qu’on était tous dans les loges Pilot, Boris, Mathieu, Marco et moi on entendait toute la salle reprendre le refrain en choeur, j’aurais tellement aimé que tu voies ça que tu entendes ça…

Les éclairages sont impressionnants et la façon dont on s’habille fait beaucoup parler : moi je suis en robe noire, Marco en kilt noir « ça jette » comme tu aurais dit; on a laissé ta place inoccupée symboliquement et malgré tout, tous ces soirs c’était aussi une grande fête ça m’a remis sur les rails…et je suis sûr que tu en es heureux. Le « dancetaria tour » se prépare, on commence le 12 novembre et on finit le 17 décembre au Zénith de Paris; chez Warhead tout le monde est surpris de la vitesse à laquelle partent les places alors que la promo n’est pas encore commencée et, que l’album n’est pas sorti… on va jouer je pense plus de 2 heures et demie et je travaille sur les projections videos qu’on va balancer derrière nous ça risque d’être assez « trash » enfin bref comme tu vois ici tout roule mis à part le principal : c’est que tu nous manques, j’apprends à parler à la 1ère personne du singulier mais ce n’est pas facile, ton humour, ton humeur bonne ou mauvaise me manque, la façon dont tu envoyais se faire foutre les quelques journalistes « opportunistes de ce journal » me manque, enfin tu vois ce que je veux dire….

J’espère que là-haut tu te marres bien, que tu as retrouvé ceux que tu voulais et que tu viendras de temps en temps nous rendre visite.

Je dors un peu mieux mais j’ai encore mal a l’estomac souvent.
Ah oui ! Je vais offrir à Lou pour son anniversaire « Offspring », je pense même que je vais l’emmener au Zénith les voir, je suis sûre que tu l’aurais fait…

Tu me manques Stef mais je ne sais pas si c’est le bon verbe…

Nicola, Juillet 1999