Choisissez votre langue :

1981

Année de tous les espoirs. Pour Nicola Sirkis (chanteur) et Dominique Nicolas (guitariste-compositeur), l’aventure débute en mai lorsque tous deux, âgés de 20 ans seulement, fondent le groupe Indochine. Il leur suffira de quatre mois pour composer leurs premiers morceaux. Quatre mois pour régler minutieusement les détails de leur première scène. Quatre mois pour mettre sur pied l’un des plus grands groupes pop que la France ait jamais connu.

Septembre 1981

Le Rose Bonbon, club parisien branché de l’époque, s’enflamme dès le premier concert. Indochine existe. Pour l’occasion, se sont joints à eux : Dimitri Bodianski, un jeune saxophoniste de 17 ans et aux séquenceurs, Stéphane Sirkis, le frère de Nicola. Repérés, comme il se doit, par différentes compagnies lors de ce fulgurant passage d’à peine une demi-heure, les 4 d’Indochine signent, dans la foulée, leur premier contrat avec la seule maison de disques qui ne leur demande pas de changer de nom.

Novembre 1981

Ils enregistrent Françoise et Dizzidence Politik au studio de Hauteville. Le single séduit plus les critiques que les radios et la TV.

Avril 1982

Indochine assure, haut la main, les premières parties françaises et européennes de Taxi Girl, le groupe phare du moment. Les rappels pleuvent, du « jamais vu » pour une levée de rideau. Le manager de Taxi Girl, inquiet, les déprogrammera de la scène parisienne craignant que les rôles ne s’inversent. Fort de ce succès et conscient de l’engouement qu’il suscite, le quatuor enregistre son premier LP : L’Aventurier. Le 15 Novembre, le mini 33T rejoint les bacs. Six mois plus tard, le single L’Aventurier devient le hit de l’été 83. Ce mini album de six titres se vend alors à 250 000 exemplaires.

La presse les encense et les complimente pour leurs innovations technologiques : « Indochine fait une musique dansante où pour une fois l’utilisation de la technologie n’a rien enlevé à la chaleur et au rythme du Rock & Roll ». Indochine s’installe et le jeune public new wave se rallie définitivement à sa cause. Indochine ne sera pas une formation éphémère, ils en ont décidé autrement. Ils veulent prolonger le voyage. Tout juste récompensés par le Bus d’Acier 1983, ils se remettent tout de suite au travail et enregistrent, dans la même année, leur second album dont le succès n’aura rien à envier au premier.

1984

La recette ne change pas : textes-scénari + synthés exotiques + guitares type Shadows + rythmique sautillante. Le Péril Jaune se vend à 225 000 exemplaires. Les titres Kao Bang et Miss Paramount en sont les fers de lance. Indochine joue maintenant dans la cour des grands, épaulé par une armada de fans à laquelle Nicola, Dominique, Stéphane et Dimitri n’ont de cesse de rendre hommage. Indochine tourne à travers toute la France et triomphe en Scandinavie.

> 1985 – 1989